Retour

Fait par:


Doriane Roche

Stéphane Bonnard

L'Action passée

A bâtons rompus

La création d’A bâtons rompus prend sa place dans l’infiltration des espaces du tramway, sur des temps ponctuels. Il s’agit de faire exister le projet par une présence esthétique et intrigante, qui annonce graphiquement le Long de l’Axe. Le bâton est l’élément scénographique fort du projet

Le processus de création se compose de 3 volets:

– un temps d’écriture mené en groupe avec différents type de publics : partir en voyage, ré-explorer notre quotidien par les mots et leur poésie.

– la customisation de bâtons : en s’inspirant d’artistes tels que Cadere, il s’agit de transformer ces bâtons, de les charger d’une symbolique forte reprenant les thématiques inhérentes au projet (le voyage, l’autre…).

– typographie et poésie : des séquences sont extraites des textes rédigés avec Stéphane Bonnard. A la rythmique de l’écrit, il s’agit maintenant d’appliquer la rythmique de la typographie, les deux formes se mêlent pour créer une nouvelle unité, message porté par les bâtons précédemment transformés.

Surgissements impromptus d’À Bâtons Rompus:

A Bâtons rompus s’est déployé à différents arrêts de tramway (Gare de Villeurbanne, Bel Air – Les Brosses, Vaulx-en-Velin – La Soie le 29 février ; Gare Part-Dieu, Vaulx-en-Velin – La Soie, Gare de Villeurbanne, Décines Centre, Meyzieu Gare le 27 avril). Ils ont été installés en fixe de 6h à 9h matin et en itinérance 17h30 à 20h.

Cette installation en espace public a touché les passants et posé les premiers jalons de la présence visuelle du projet.

La customisation des bâtons s’est poursuivie le jour du temps public, par une activité de gravure sur les bâtons utilisés par le public.

 

 



La création d’A bâtons rompus prend sa place dans l’infiltration des espaces du tramway, sur des temps ponctuels. Il s’agit de faire exister le projet par une présence esthétique et intrigante, qui annonce graphiquement le Long de l’Axe. Le bâton est l’élément scénographique fort du projet

Le processus de création se compose de 3 volets:

– un temps d’écriture mené en groupe avec différents type de publics : partir en voyage, ré-explorer notre quotidien par les mots et leur poésie.

– la customisation de bâtons : en s’inspirant d’artistes tels que Cadere, il s’agit de transformer ces bâtons, de les charger d’une symbolique forte reprenant les thématiques inhérentes au projet (le voyage, l’autre…).

– typographie et poésie : des séquences sont extraites des textes rédigés avec Stéphane Bonnard. A la rythmique de l’écrit, il s’agit maintenant d’appliquer la rythmique de la typographie, les deux formes se mêlent pour créer une nouvelle unité, message porté par les bâtons précédemment transformés.

Surgissements impromptus d’À Bâtons Rompus:

A Bâtons rompus s’est déployé à différents arrêts de tramway (Gare de Villeurbanne, Bel Air – Les Brosses, Vaulx-en-Velin – La Soie le 29 février ; Gare Part-Dieu, Vaulx-en-Velin – La Soie, Gare de Villeurbanne, Décines Centre, Meyzieu Gare le 27 avril). Ils ont été installés en fixe de 6h à 9h matin et en itinérance 17h30 à 20h.

Cette installation en espace public a touché les passants et posé les premiers jalons de la présence visuelle du projet.

La customisation des bâtons s’est poursuivie le jour du temps public, par une activité de gravure sur les bâtons utilisés par le public.